Visite de Carole Delga dans le Lot

C’était une journée marathon, le 2 septembre dernier, pour la candidate socialiste tête de liste aux régionales. En compagnie d’élus, de conseillers départementaux et de ses colistiers du département du Lot, dont le premier de liste Vincent Labarthe, Carole Delga a rencontré différents acteurs du terrain lotois.

Sa première visite fut pour l’hôpital de Gourdon, qui a reçu son scanner cette semaine. Un débat avec la députée Dominique Orliac, intitulé « Santé et ruralité » rassemblait personnel, élus et associations. Puis, ce fut au tour de la communauté de communes de Cauvaldor de recevoir l’équipe à Souillac : le sujet du tourisme avec le président Gilles Liébus fut évidemment abordé. Après le déjeuner, pour une rencontre avec les éleveurs de porcs, Joël Laverdet, à Mayrac, lui présentait son unité de méthanisation, une des toutes premières en fonctionnement en Midi-Pyrénées.

L’après-midi se passait à Cahors, où le maire Jean-Marc Vayssouze, et le président de la région, Martin Malvy, avaient rejoint le groupe. Une visite du chantier de l’hôtel et du chai au pied du pont Valentré, s’ajoutait à deux rencontres qui se déroulaient à la Chambre d’agriculture et à la Chambre des métiers. Place aux réunions ensuite, salle de la Bourse. Une première conférence de presse permettait à la candidate de donner sa vision de la politique territoriale de la future grande région Languedoc-Roussillon – Midi-Pyrénées, réunissant treize départements. « Ce sera une campagne d’union », précisait-elle. Un temps militant était ensuite réservé à la Fédération socialiste du Lot, où une soixantaine de camarades lui posèrent des questions quant à l’organisation de cette campagne électorale.

Pour conclure cette journée bien remplie, une réunion publique, de nouveau salle de la Bourse, et en présence des partenaires PRG, complétait cette mise en bouche de campagne. Martin Malvy assurait que Carole Delga était « la seule candidate en capacité de faire gagner ». Visiblement déterminée à démontrer la complémentarité des deux régions, celle-ci, malgré tout consciente des difficultés du contexte politique actuel, assurait qu’elle reviendrait dans tous les cantons du département, à partir du 1er octobre, le programme restant à bâtir ensemble, « dans la proximité ».

Les socialistes lotois à l’Université d’été de La Rochelle

le-groupe-lotois-2015-autour-de-Carole-Delga-et-Martin-Malvy-e1441054019710 (1)

Une bonne vingtaine de militants du département avait fait le déplacement jusqu’à l’Université d’été du PS à La Rochelle, le week-end dernier.

Avec quelque 4000 participants, ils ont pu assister à plus de 70 débats dans les 50 ateliers proposés, autour d’une centaine de partenaires et d’intervenants, experts, scientifiques, intellectuels, partis, centrales syndicales, ONG, associations, et en présence de nombreux ministres. Nourrir la réflexion, partager leurs travaux et leurs connaissances, pour aborder les enjeux économiques, le vivre ensemble, les défis climatiques et la COP 21, fut aux dires de beaucoup, un vrai bol d’oxygène. La montée des extrémismes a jalonné bien des débats, et l’actualité suscité indignation et émotion, à l’image de la responsable des jeunes socialistes, qui fit observer une minute de silence, impressionnante de dignité, dans la salle plénière, en hommage aux plus de 70 corps de réfugiés retrouvés dans un camion en Autriche. Il faudrait créer « des océans de générosité pour un océan de détresse », disait David Assouline, avant d’insister sur « l’unité, et vite ! ».

Les régionales en ligne de mire

Martin-Malvy-entouré-de-militants-lotois-devant-lespace-Encan

Une grande place était également réservée aux régions, élections de décembre prochain obligent. Chacune d’entre elles se retrouvait autour de leurs candidats et de leur chef de file. Carole Delga, candidate en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, était accompagnée de Martin Malvy, président de notre région, pour mobiliser et lancer sa campagne. La volonté d’être dans la coopération fut clairement affichée. Avec ses six millions d’habitants, dont deux millions dans les deux métropoles, Toulouse et Montpellier, la nouvelle région, avec son attractivité et ses compétences, espère accentuer son développement économique et touristique. A l’égal du Premier ministre Manuel Valls pendant son discours de clôture, il ne reste plus aux militants, ainsi revigorés, qu’à mouiller leur chemise pour la future campagne !