Communiqué de presse – L’ÉCOLOGIE DANS LA JUSTICE SOCIALE

Une journée de mobilisation  contre la vie chère et la hausse des prix des carburants s’annonce le 17 novembre. Comme on dit « c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase ! ».

Ce mouvement doit résonner comme l’expression légitime d’une colère nourrie par les injustices qui se succèdent.

Une grande partie de la population de nos territoires ruraux ou périurbains n’ont souvent pas d’alternative à l’utilisation des véhicules particuliers.

La réalité avec laquelle les citoyens sont obligés de composer c’est : la disparition des services publics de proximité, la fermeture des petites lignes ferroviaires, l’étalement urbain qui allonge de plus en plus les distances domicile travail…

Concrètement, une personne qui,  dans le Lot travaille pour un SMIC et parcourt 25 km pour se rendre au travail subira une baisse considérable de son pouvoir d’achat.

Le périmètre de recherche d’emploi des métiers les moins rémunérateurs va se réduire et par conséquent certaines de nos entreprises lotoises auront encore plus de difficultés à recruter.

Pour un gouvernement qui voulait valoriser le travail, voilà un nouveau coup donné ! 

 

 

Ces augmentations s’ajoutent à une politique fiscale injuste depuis le début du mandat d’Emmanuel Macron : restrictions imposées aux retraites, aux fonctionnaires, aux locataires, aux familles, alors  que le produit de la surtaxation des carburants ne finance qu’à hauteur de 20 % les politiques environnementales. Au prétexte de lutter contre le réchauffement climatique, le gouvernement prélève davantage de taxes sur l’ensemble des Français pour financer les cadeaux faits à quelques-uns avec notamment la suppression de l’ISF.

 

C’est la question de la juste répartition de l’effort national qui est posée à travers ce RAS-LE-BOL.

 

Pourquoi ne pas plutôt :

– Donner des chèques énergie mais sur critères sociaux et géographiques.

– Rétablir les crédits d’impôt pour les ménages, rappelons que l’énergie la plus propre est celle que l’on ne consomme pas… 

– Travailler à mettre en place la fiscalisation du kérosène pour les vols internationaux et du fioul lourd pour les porte-containers.

– Utiliser 100% des recettes de la fiscalité carbone en faveur de la transition énergétique: transports collectifs, isolation des bâtiments, développement des énergies renouvelables…

– Avoir une politique d’urbanisme plus ambitieuse et limiter l’étalement urbain par des politiques publiques rigoureuses.

– Être cohérent et ne pas prétendre avoir une démarche écologique tout en soutenant un traité de libre échange comme le CETA.

 

L’ÉCOLOGIE n’est pas l’adversaire de la justice sociale, elle doit au contraire être une composante essentielle de la lutte contre les inégalités.

La Fédération socialiste & les jeunes socialistes du Lot se prononcent pour l’écologie dans la justice sociale.

 

Gaëligue JOS,                                                 &                                            Geoffrey SAPIN,

Première secrétaire fédérale                                                                          Animateur fédéral

du Parti socialiste du lot                                                                                  Jeunes socialistes du lot

 

 

 

Nb ; retrouvez le simulateur en ligne proposé par les parlementaires socialistes sur Internet à l’adresse :

https://lessocialistes.fr//decouvrez-le-simulateur